Mes dernières lectures / Août 2020

Salut tout le monde ! J’espère que vous allez bien ♡ Aujourd’hui, je vous retrouve pour mon bilan lecture d’août 🙂 Ce mois-ci, j’ai lu pas mal de livres et surtout pas mal de genres différents. Je suis toujours ravie quand j’arrive à diversifier mes lectures. C’est parti !

 

FULL DISCLOSURE DE CAMRYN GARRETT
Genre(s) : YA, Contemporain, LGBT+  Nationalité : Américaine – Édition : Penguin – Parution : 2019 – Pages : 320  Catégorie : Les favoris

RÉSUMÉ : Simone has got high school down. She’s made friends, she’s directing the school musical, and she’s making out with Miles, the most attractive boy in school. She’s also HIV-positive – and that complicates things. Because last time she told someone, the fallout was devastating. And when Simone finds an anonymous threat in her locker threatening to turn her world upside down, she begins to wonder if the only way to rise above is to face the haters heads-on…

MON AVIS : J’ai tout d’abord apprécié que le VIH soit le sujet central du roman. Finalement, c’est une maladie que je connais peu et ce livre montre bien le fait que les gens sont très mal informés à ce propos. L’autrice met en avant Simone, une jeune fille vivant avec le VIH et les répercussions que cela a sur son quotidien, notamment à cet âge de l’adolescence où l’on peut commencer à ressentir des sentiments et de l’attirance pour des gens. Le livre montre la dangerosité de divulguer sa séropositivité puisque cette maladie est encore beaucoup trop stigmatisée. J’ai trouvé ce sujet très important et surtout essentiel ! Ça fait du bien de voir ce genre de sujet traité et être déstigmatisé. J’ai également aimé la représentation LGBT+ dans le roman. Les parents de Simone sont un couple gay, elle a une amie asexuelle et une autre bi. Simone se questionne aussi sur son orientation sexuelle. Ça fait toujours du bien d’avoir différents types de représentation ! L’autrice, elle-même noire, met en avant une héroïne noire et des personnages secondaires eux aussi de couleur. Là aussi, j’ai apprécié les différentes représentations ! Enfin, j’ai beaucoup aimé les personnages et notamment Miles, le garçon qui plaît à Simone. C’est un garçon vraiment gentil, qui essaie de comprendre Simone du mieux qu’il peut et de la soutenir. C’est le genre de personne que tout le monde mérite de rencontrer un jour 🙂  J’ai aussi beaucoup aimé Simone, c’est un personnage attachant, dont le caractère m’a plu. Je me suis retrouvée dans certains de ses questionnements. Je ne peux que vous recommander ce roman, d’autant plus si le sujet vous intéresse ! Il sera traduit d’ici la fin de l’année par la Collection R.

CITATION : « Now, none of this is actually your business,” I say, trying – and failing – to keep the bitterness out of my voice. “And you probably could’ve found any of this out if you did some research. My HIV isn’t a threat to you, but your ignorance is a threat to me. I’ve been bullied, harassed, and told that I’m unwanted at this school. Do you know why HIV-positive people don’t disclose? Because it’s dangerous. People have been injured and even murdered for disclosing. It should be my choice, but you’ve taken it away from me. »

 

LES CARNETS DE CERISE T1 à 5 DE JORIS CHAMBLAIN ET AURÉLIE NEYRET
Genre(s) : Jeunesse, BD, Saga  Nationalité : Française – Édition : Soleil – Parution : 2012 à 2017 – Pages moyenne par tome : 80  Catégorie : Les très bons

RÉSUMÉ DU TOME 1 : Cerise est une petite fille âgée de 11 ans qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière. Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner leurs secrets. Comme Michel… Tous les dimanches, ce vieil homme s’engouffre dans la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu’y fait-il donc toute la journée ? Et pourquoi a-t-il l’air si triste quand il rentre le soir ?

MON AVIS : Il ne m’aura fallu que 4 ans pour terminer Les carnets de Cerise de Joris Chamblain et Aurélie Neyret ! Mais ça valait le coup puisque j’ai beaucoup aimé cette série 🙂 L’histoire m’a beaucoup plue ! J’ai aimé que chaque tome se concentre sur une enquête mais qu’au fil du temps, les personnages et l’intrigue autour du passé de Cerise évoluent. Au premier abord, l’histoire est assez simple, assez jeunesse mais finalement pas mal de sujets importants sont abordés : l’amitié, les secrets et mensonges, le fait de grandir, le deuil, la lecture. J’aime beaucoup Cerise, c’est une petite fille très attachante, qui n’est pas parfaite et qui va grandir au fil des tomes. Dans l’ensemble, les personnages sont tous attachants, enfants comme adultes 🙂 L’histoire est sublimée par le magnifique trait d’Aurélie Neyret. J’aime énormément son style très doux, reposant, qui correspond complètement à l’histoire et aux personnages. Enfants comme adultes, je recommande cette série de BD ! C’est une réussite 👍

 

CONTES POUR JEUNES FILLES INTRÉPIDES DE PRALINE GAY-PARA
Genre(s) : Contes  Nationalité : Libanaise – Édition : Actes Sud – Parution : mai 2020 – Pages : 192  Catégorie : Les très bons

RÉSUMÉ : Praline Gay-Para nous offre une savoureuse sélection de récits et légendes du monde entier dont les héros sont des héroïnes : princesses, paysannes ou jeunes filles en fleur, épouses, grands-mères ou enfants, elles brillent par leur ingéniosité, leur indépendance, leur courage, leur audace.

MON AVIS : J’avais découvert cette autrice avec Contes très merveilleux qui m’avait bien plu. J’ai d’autant plus apprécié ce nouveau recueils de contes. J’ai aimé en découvrir un chaque matin pendant plusieurs semaines ! Ce sont des contes d’un peu partout dans le monde qui mettent à chaque fois des femmes en avant. Certains m’ont évidemment davantage plus que d’autres mais toutes les histoires sont intéressantes et prenantes. Honnêtement, je ne sais pas trop quoi dire de plus sur ce livre ! Si vous avez envie de tester les contes, je vous recommande vivement ce livre 🙂

 

WHY I’M NO LONGER TALKING TO WHITE PEOPLE ABOUT RACE DE RENI EDDO-LODGE
Genre(s) : Essai  Nationalité : Anglaise – Édition : Bloomsbury – Parution : 2018 – Pages : 272  Catégorie : Les très bons

RÉSUMÉ : Exploring issues from eradicated black history to the political purpose of white dominance, whitewashed feminism to the inextricable link between class and race, Reni Eddo-Lodge offers a timely and essential new framework for how to see, acknowledge and counter racism. It is a searing, illuminating, absolutely necessary exploration of what it is to be a person of colour in Britain today.

MON AVIS : Je suis contente de m’être offert cet essai qui m’intéressait grandement ! Ça a été une lecture très intéressante. L’autrice a écrit un post sur son blog en 2014 et de cet article a découlé ce livre. Pour les personnes noires, je pense que ce livre leur apportera beaucoup. Pour moi qui suis blanche, lire ce genre d’ouvrage me permet de remettre mes privilèges en question et j’espère ainsi progresser. L’autrice traite de différents sujets tels que l’histoire des Noirs en Angleterre, du système raciste, de ce qu’est le privilège blanc, la peur d’une planète noire par les Blancs mais elle traite aussi de la question du féminisme et de la classe. Le livre a été traduit en français sous le titre Le racisme est un problème de Blancs. Mieux que mes mots, je vous propose différentes citations qui m’ont interpellées !

EXTRAITS : « When white people pick up a magazine, scroll through the Internet, read a newspaper or switch on the TV, it is never rare or odd to see people who look like them in positions of power or exerting authority. In culture particularly, the positive affirmations of whiteness are so widespread that the average white person doesn’t even notice them. Instead, these affirmations are placidly consumed. To be white is to be human; to be white is universal. I only know this because I am not. »

« Opposing positive discrimination based on apprehensions about getting the best person for the job means inadvertently revealing what you think talent resides. Because, if the current system worked correctly, and if hiring practices were succesfully recruiting and promoting the right people for the right jobs in all circumstances, I seriously doubt that so many leadership positions would be occupied by white middle-aged men. »

« Beyond the obvious demands – an end to sexual violence, an end to the wage gap – feminism must be class-conscious, and aware of the limiting culture of the gender binary. It needs to recognise that disabled people aren’t inherently defective, but rather that non-disabled people have failed at creating a physical world that serves all. Feminism must demand affordable, decent, secure housing, and a universal basic income. It should demand pay for full-time mothers and free chilcare for working mothers. It should recognise that we live in a world which women are constantly harangued into being lusted after, but punishes sex workers for using that situation to make a living. Feminism needs to thoroughly recognise that sexuality is fluid, and we need to dream of a world where people are not violently policed for transgressing rigid gender roles. Feminism needs to demand a world in which racist history is aknowledged and accounted for, in which reparations are distributed, in which race is completely deconstructed. »

« Discussing racism is not the same thing as discussing « black identity ». Discussing racism is about discussing white identity. It’s about white anxiety. It’s about asking why whiteness has this reflexive need to define itself against immigrant bogey monsters in order to feel confortable, safe and secure. »

 

YOU EXIST TOO MUCH DE ZAINA ARAFAT
Genre(s) : Contemporain, LGBT+  Nationalité : Américano-Palestinienne – Édition : Catapult – Parution : 9 juin 2020 – Pages : 272  Catégorie : Les passes temps

RÉSUMÉ : On a hot day in Bethlehem, a 12-year-old Palestinian-American girl is yelled at by a group of men outside the Church of the Nativity. She has exposed her legs in a biblical city, an act they deem forbidden, and their judgement will echo on through her adolescence. When our narrator finally admits to her mother that she is queer, her mother’s response only intensifies a sense of shame: “You exist too much,” she tells her daughter.

MON AVIS : J’ai découvert ce livre récemment sur instagram et j’ai été heureuse de pouvoir le lire via Netgalley. Grand bien m’en a fait parce que j’aurai été d’autant plus déçue si j’avais acheté ce roman. Mon principal problème avec ce livre c’est que le résumé me vendait une histoire qui a été tout autre dans la réalité. En lisant le résumé, je m’attendais à ce que le sujet central du roman soit la relation entre la narratrice et sa mère et la difficulté d’être bisexuelle et arabe. Sauf que ce livre met en avant un personnage qui est une love addict et même si la relation avec sa mère est discutée, elle passe au second plan. Quand bien même le sujet soit finalement tout autre, je n’ai pas vu l’intérêt du roman. Le personnage n’évolue jamais, elle refait les mêmes erreurs, encore et encore. Je n’ai trouvé aucun but à ce livre. D’un point de vue stylistique, je ne suis pas fan du style de l’autrice. En conclusion, je ne vous recommande pas spécialement ce livre, je pense que d’autres méritent davantage qu’on s’y attarde !

 

J’ai également lu deux livres pour mes futurs cours dont je ne parlerai pas ici mais que je tenais tout de même à mentionner : Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes et Le jeu de la feuillée d’Adam de la Halle.

 

ET VOUS, QUELLES ONT ÉTÉ VOS LECTURES D’AOÛT ? QUELLE A ÉTÉ VOTRE MEILLEURE LECTURE CE MOIS-CI ?

 

Solange ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *