Si je ne devais garder que 30 livres…

Si je ne devais garder que 30 livres de ma bibliothèque, lesquels choisirai-je ? J’ai trouvé cette idée d’article sur le blog d’Audrey et comme elle m’a bien plu j’ai décidé de la reprendre à mon tour ! C’est l’occasion pour moi de voir un peu quels sont mes livres favoris parmi ceux que je possède et c’est également l’occasion de vous en parler un peu. J’ai lu certains de ces livres il y a des années et d’autres sont plus récents ! Je pensais que ce ne serait pas si simple de choisir 30 livres et finalement, ça a été plutôt rapide 🙂 Pour ce qui est des BD, mangas et sagas de roman, je les ai compté comme un seul livre. C’est parti !

 

LES BANDES DESSINÉES

  • Les carnets de Cerise de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

« Cerise est une petite fille âgée de 11 ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si mystérieux qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux. Prenez Michel… Tous les dimanches, ce vieil homme s’engouffre dans la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu’y fait-il donc toute la journée ? Repeint-il une vieille maison ? Décore-t-il des arbres ? Et pourquoi a-t-il l’air si triste quand il rentre le soir ? »

Pour le moment je n’ai que les quatre premiers tomes et je compte bien me procurer la suite ! J’aime énormément cette bande dessinée. J’aime les illustrations, l’univers graphique me parle beaucoup mais j’apprécie aussi le personnage de Cerise. C’est sympa d’en apprendre un peu plus sur elle, sur sa vie au fil des tomes. J’aime également suivre ses enquêtes, ce qui est un peu le principe de l’histoire 😉 C’est une BD jeunesse que je recommande vivement !

 

  • Culottées de Pénélope Bagieu

« Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés. Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin. »

Une BD que je trouve déjà super belle visuellement. J’aime énormément les dessins de Pénélope Bagieu. Ce sont en plus des livres féministes qui mettent en avant de nombreuses femmes. J’ai autant aimé le premier que le deuxième tome. J’ai découvert de nouvelles personnalités et je trouve ça vraiment sympa d’en apprendre plus sur elles à travers leurs biographies illustrées. Bref, de magnifiques livres à avoir dans sa bibliothèque !

 

LES MANGAS

  • Le sablier de Hinako Ashihara

« Après le divorce de ses parents, An quitte Tokyo avec sa mère pour retourner vivre chez ses grands-parents. Elle éprouve beaucoup de mal à s’adapter à cette nouvelle vie dans un petit village enneigé et ce n’est pas sa rencontre avec Daigo, un garçon de son âge, qui changera cela. Quoique ! Mais bientôt, un terrible événement éprouvera An. »

J’ai eu une période où j’aimais beaucoup lire des mangas et cette série fait partie de mes mangas préférés. Pour moi, c’est très important que le style graphique me plaise et ici c’est le cas. Je ne me rappelle plus trop comment l’histoire finit mais j’aime énormément les personnages et les thèmes abordés sont intéressants : l’amour, le suicide, le deuil, le fait de grandir. L’histoire n’est pas toujours heureuse, c’est parfois très émouvant. Un beau manga à découvrir !

 

  • Piece de Hinako Ashihara

« Des camarades de lycée se retrouvent lors de l’enterrement d’une ancienne élève : Haruka. Cette fille ne s’était jamais liée avec les autres. Pourtant, Mizuho, Narumi et Yanai vont tenter de percer le mystère de sa disparition. Peut-être qu’ainsi ils trouveront eux-mêmes un sens à leur vie ? »

De la même mangaka, j’aime aussi beaucoup cette série. Ce manga est complètement différent, bien plus sombre. J’avais trouvé l’idée de départ très originale. Suga, le personnage principal me plaît beaucoup, je me retrouve pas mal en elle. Narumi, lui, est très mystérieux, il fait parfois des choses déplacés et je l’aime autant qu’il me met mal à l’aise. J’aime l’idée d’alterner présent et passé et de découvrir les indices avec les personnages, c’est un peu comme si on vivait l’histoire avec eux.

 

L’ALBUM JEUNESSE

  • L’arbre rouge de Shaun Tan

« Qui ne s’est jamais levé un jour,
sans trop savoir que faire,
un de ces jours où tout va de mal en pis
et où vous vous sentez bizarre
dans un monde étranger ? »

Seul album que je possède et sûrement l’un de mes plus beaux livres ! Visuellement, c’est un petit bijou. J’aime énormément les illustrations, chaque page est complètement différente, il y a des centaines de détails parfois. J’aime aussi beaucoup les couleurs choisies. C’est un album qui me parle beaucoup. Je trouve que l’auteur a trouvé les mots pour parler de cette phase si particulière qu’est l’adolescence. Et en même temps, à posteriori, je trouve que cet album peut parler aux gens qui vivent ou on eu une dépression, ce qui est mon cas. J’aime alors d’autant plus ce livre, qui arrive à mettre des mots sur ce que j’ai pu ressentir. C’est un magnifique livre que je ne peux que vous conseiller !

 

LES ROMANS JEUNESSE/YA

  • Les insoumis d’Alexandra Bracken

« Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, sont classés par couleur en fonction du danger qu’ils représentent, et parqués dans des camps. Ruby et quelques autres refusent cette fatalité et s’enfuient. Échapperont-ils à leurs poursuivants ? Et surtout, parviendront-ils à maîtriser leurs pouvoirs sans perdre leur âme ? »

On a entendu parler de ce roman l’année dernière puisqu’une adaptation du premier tome est sortie. Mais avant ça, je n’en avais jamais entendu parler alors que ce livre est un de mes romans jeunesse préférés. J’avais d’ailleurs un peu peur de voir l’adaptation mais finalement, elle reste assez fidèle. Mais j’ai une grande préférence pour les romans. J’aime beaucoup Ruby, le personnage principal, mais aussi Liam. Je crois que la romance qui se noue entre les deux personnages fait d’eux un de mes couples préférés en littérature. C’est une de mes dystopies jeunesse préférée et je vous la recommande vivement !

 

  • Gone de Michael Grant

« Imaginez : tous les êtres humains de plus de 15 ans ont disparu. Plus incroyable encore, ceux qui restent développent des super-pouvoirs mais ils ne parviennent pas encore à les maîtriser… Cette aventure extraordinaire est arrivée à Sam, 14 ans, et à tous les enfants de la petite ville californienne de Perdido. Passé la première période d’euphorie, les enfants doivent maintenant s’organiser pour survivre. Qui va s’occuper des bébés et des malades ? Comment trouver de la nourriture ? Autant de questions vitales à résoudre en urgence. »

Une autre saga que j’avais beaucoup aimé et dont on ne parle jamais ! J’avoue que je ne me souviens pas de tout mais les six tomes m’ont tous plu. Il y a un début et une fin, tout est cohérent et c’est toujours aussi prenant. La seule chose que je n’aime pas c’est le fait qu’aucun des personnages ne fait son âge, ils parlent tous comme des adultes. Mais bon, c’est peut-être lié à la traduction. En tout cas, j’avais adoré l’idée de départ, et c’est une saga que je ne peux que vous recommander.

 

  • La Passe-miroir de Christelle Dabos

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. »

J’aime vraiment tout dans cette saga ! J’aime les personnages et notamment Ophélie à qui je me suis attachée très vite, l’histoire vraiment prenante avec des rebondissements au bon moment. Je trouve qu’il n’y en a ni pas assez ni trop, c’est bien dosé. L’univers est vraiment intéressant, j’adore en découvrir plus à chaque page et pour finir, j’aime le style de l’auteure. C’est bien travaillé, avec un bon vocabulaire, bref j’ai un coup de cœur pour ces romans !

 

  • Sous la même étoile de Kelley York

« Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-sœur Ashlin décident de prendre une année sabbatique et d’emménager chez leur père. Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon fantasque avec qui ils passent tous leurs étés depuis l’enfance. Si le jeune homme les a toujours fascinés, Ashlin et Hunter éprouvent bientôt pour lui de tout autres sentiments. Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire… »

Ce sont les personnages qui font la force de ce livre. Mon personnage préféré est Hunter. Il ne sait pas quoi faire de sa vie, il ne sait pas ce qu’il ressent et c’est très touchant à lire. D’ailleurs, parmi les trois, c’est lui qui m’a le plus touché ! Chance m’a quant à lui beaucoup intrigué et son histoire m’a beaucoup touchée. Le personnage de Ashlin est celui que j’ai le moins aimé mais elle est également intéressante. C’est une belle histoire d’amour et d’amitié que je vous conseille vivement ! J’aurai juste aimé que la fin soit différente.

 

  • Matilda de Roald Dahl

« Matilda est une petite fille très intelligente. Très, très intelligente. Elle apprend à lire toute seule à l’âge de trois ans, et elle adore ça. Cela n’est malheureusement pas du goût de ses parents, deux abrutis qui préféreraient que leur fille regarde, comme eux, des émissions stupides à la télé. À l’école, la petite Matilda n’est pas au bout de ses peines, puisque la directrice de l’établissement déteste les enfants et leur inflige les pires cruautés. Heureusement, il y a aussi une gentille institutrice. Et puis, Matilda a des talents vraiment exceptionnels… »

J’ai lu ce roman lorsque j’étais en primaire, ça doit bien faire 10 ans maintenant ! Je ne l’ai pas relu depuis, mais j’avais adoré cette histoire à l’époque. S’il y a un roman jeunesse intemporel selon moi, c’est bien Matilda. J’aimerai bien voir ce que ça donnerait maintenant, si j’aimerai toujours autant cette histoire 🙂

 

  • Pax de Sarah Pennypacker

« La guerre est imminente. Lorsque le père de Peter s’engage dans l’armée, il oblige son fils à abandonner Pax, le renard qu’il a élevé depuis le plus jeune âge et envoie le garçon vivre chez son grand-père à cinq cent kilomètres de là. Mais Peter s’enfuit à la recherche de son renard. Pendant ce temps, Pax affronte seul les dangers d’une nature sauvage et se trouve confronté à ceux de son espèce. »

J’ai lu ce roman en français l’été dernier et je l’ai trouvé en VO, ce sera l’occasion de relire cette jolie histoire qui m’a beaucoup plue ! L’histoire de Peter et de Pax est une belle histoire d’amitié qui m’a touchée et émue. L’écriture est simple mais jolie. Je me suis attachée à nos deux personnages principaux mais aussi à Vola, cette femme qui ne sait plus qui elle est. Dispersées tout au long de la lecture, j’ai adoré les jolies illustrations de Jon Klassen. Un presque coup de cœur !

 

  • Eleanor & Park de Rainbow Rowell

« 1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là. »

J’avoue ne pas me souvenir de grand chose concernant ce roman mis à part que je l’avais beaucoup aimé cette histoire d’amour. Pourtant ça ne partait pas forcément bien puisqu’au départ, j’avais eu du mal avec les personnages. Puis j’avais fini par les apprécié et m’attacher à eux. Ce serait intéressant de voir si j’ai toujours le même avis, 3 ans plus tard 🙂

 

  • J’ai avalé un arc-en-ciel d’Erwan Ji

« Je m’appelle Capucine, mais on m’appelle Puce. J’ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l’accent, c’est quand je parle français. Je vis aux États-Unis depuis que j’ai trois ans. Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique, vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité… c’est que j’ai avalé un arc-en-ciel. »

Beaucoup de gens ont été mitigé voire n’ont pas du tout aimé ce roman. Mais pour moi ça avait été une très belle surprise ! Tout n’est pas parfait dans ce roman, il y a certains clichés et avec le recul il aurait été bien d’aborder la question de la bisexualité (mais à ce qu’il se dit, c’est mieux dans la suite). En tout cas, c’est une histoire qui m’a beaucoup touchée, j’ai adoré Puce et la romance qui s’installe !

 

  • Nos étoiles contraires de John Green

« Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence…. les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie. »

J’ai lu tous les romans de John Green sauf Tortues à l’infini. C’est un auteur que j’aimais beaucoup quand j’étais plus jeune. Mais je ne suis pas sûre qu’aujourd’hui ses romans me parlent toujours autant. Au collège j’ai notamment lu celui-ci, l’un de ses meilleurs selon moi. Je pense que c’était vraiment la période idéale pour lire ce roman, j’étais clairement la cible visée 🙂 C’est une histoire qui m’avait énormément touchée. C’est une histoire d’amour que je trouve vraiment belle.

 

  • Love letters to the death d’Ava Dellaira

« Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée. »

Un de mes coups de cœur de l’année dernière. Les sujets abordés sont difficiles, tout au long de ma lecture j’ai ressenti une certaine tension. J’ai été heureuse avec Laurel, triste avec elle, en colère également. C’est un livre qui m’a beaucoup touché. J’ai beaucoup aimé Laurel, elle est très touchante, elle se cherche, elle essaie de faire son deuil à sa manière. J’ai trouvé cette histoire très prenante et vraiment bien écrite.

 

  • Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

« Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante : l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir. »

Les personnages de ce roman sont forts et complexes. Dès le départ je me suis attachée à eux. Que ce soit Finch ou Violet, ils sont tous les deux confrontés à des idées noires dont il n’est pas facile de sortir – quand parfois on ne s’en sort jamais. J’ai beaucoup aimé leur relation, elle est vraiment attendrissante ! La fin m’a surprise et en est d’autant plus émouvante. Je trouve ça bien que l’auteure aborde les sujets du deuil, du suicide, des troubles mentaux et de la dépression !

 

  • Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain

« On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà. La dépression. Ma faiblesse. Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début. J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée. »

Ce roman avait été un véritable coup de cœur, tout m’avait plu ! Ce n’est pas une histoire facile à lire. On ressent vraiment la détresse de Camille, son mal être. Je me suis beaucoup attachée à ce personnage. J’ai compris sa souffrance, on ne peut porter aucun jugement. Je me suis moi-même passée par la dépression, dans une moindre mesure, mais ça m’a permis de me mettre à la place du personnage. Ça peut vraiment être très violent. J’ai aussi trouvé ça intéressant de parler d’euthanasie volontaire. La fin m’avait beaucoup plue mais je ne vous dirai pas pourquoi 😉

 

LES ROMANS ADULTES

  • Et je danse, aussi d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

« Un mail comme une bouteille à la mer. D’ordinaire, l’écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d’admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n’est pas une « lectrice comme les autres ». Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu’elle lui a fait parvenir – et qu’il n’ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s’établit qui en dévoile autant qu’elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun… »

Je ne lis plus de romans « feel good » mais j’ai eu une période où j’appréciais en lire. C’était la première fois que je découvrais ces deux auteurs et j’ai beaucoup aimé leur plume. C’était aussi la première fois que je lisais le genre épistolaire et j’ai beaucoup aimé ! C’est une lecture parfaite pour l’été que je vous recommande si c’est le genre de roman que vous aimez où si vous souhaitez le découvrir !

 

  • Et puis Paulette… de Barbara Constantine

« Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, il passe chez Marceline, sa voisine, et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. Très naturellement, ses petits-fils, les Lulus, lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas… Il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette… »

Honnêtement, je pense que tous les romans de cette auteure se valent. Si vous aimez les histoires douces, avec des personnages attachants, vous allez adorer Barbara Constantine. Dur pur feel good ! J’aime beaucoup son écriture, ses romans se lisent très rapidement. Ce sont des romans qui font du bien quand on a un coup de mou ou qu’on a envie d’une pause douceur !

 

  • Charlotte de David Foenkinos

« Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d’une œuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : « C’est toute ma vie. » Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche. »

De cet auteur, j’ai beaucoup aimé Je vais mieux, qui avait trouvé une résonance en moi. Mais à choisir, finalement c’est le roman Charlotte que je garderai. Visuellement, c’est un très beau livre que je suis contente de posséder. C’est un livre qui sort complètement de ce que j’avais pu lire jusqu’ici. Le style d’écriture est particulier, un peu comme un long poème mais en prose. Moi qui aime l’art, j’ai été ravie de découvrir à travers un roman cette artiste qu’est Charlotte Salomon. Et puis, j’ai apprécié découvrir aussi un peu plus la Seconde Guerre Mondiale sous un angle différent. Ce roman est aussi une réflexion de l’auteur sur l’écriture d’un roman sur un artiste.

 

  • Silo de Hugh Howey

« Dans un monde post-apocalyptique, quelques milliers de survivants vivent dans un silo souterrain de 144 étages. Presque tout y est interdit ou contrôlé, y compris les naissances. Ceux qui enfreignent la loi sont expulsés en dehors du silo, où l’air est toxique. Avant de mourir, ils doivent nettoyer les capteurs qui retransmettent des images brouillées du monde extérieur sur un écran géant. Mais certains commencent à douter de ce qui se passe réellement dehors. »

Une lecture beaucoup plus récente et l’une des meilleures de ce début d’année. Franchement, j’ai tout aimé : l’univers de SF post-apocalyptique, les différents personnages complexes qui apportent tous quelque chose à l’histoire, les événements et rebondissements toujours bien placés ! Bref, je ne vais pas m’étaler dessus, il faut vraiment que vous lisiez ce roman 🙂

 

  • 1984 de George Orwell

« De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée. »

Un des rares classiques que j’ai lu et aimé alors forcément je le garde ! C’est un livre pas toujours facile à lire parce que certains passages sont longs et amènent à une vraie réflexion mais j’ai trouvé l’idée de base très intéressante. Je me suis attachée au personnage de Winston, j’avais envie qu’il se rebelle de cette société dans laquelle il vit. Le slogan « La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, le travail c’est la force » est très puissant. 1984 est un livre à lire car il fait réfléchir !

 

  • En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis

« Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d’entendre ma mère dire : « Qu’est-ce qui fait le débile là ? » Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J’étais déjà loin, je n’appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j’ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l’odeur de colza, très forte à ce moment de l’année. Toute la nuit fut consacrée à l’élaboration de ma nouvelle vie loin d’ici. »

Pas mal des livres que j’ai choisi ont été lu il y a bien 3-4 ans 🙂 C’est le cas de celui-là. Je me rappelle que je l’avais trouvé vraiment très intéressant et aujourd’hui j’ai envie de le relire mais plus pour l’analyse sociologique sur l’ascension sociale que pour l’histoire en elle-même. En tout cas, je vous le conseille vivement !

 

 

  • Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi de Mathias Malzieu

« Mathias, une trentaine d’années mais une âme d’enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu’il rencontre sur le parking de l’hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 mètres, « docteur en ombrologie », soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur… Il le fera grandir. Mathias Malzieu nous entraîne dans un monde onirique, intimiste et poignant, dans la lignée d’un Lewis Carroll ou d’un Tim Burton. »

Ce n’est pas le seul roman de cet auteur que j’ai mais c’est celui que j’ai le plus aimé. C’est un roman qui pourrait aider ceux qui ont perdu un proche. J’avais beaucoup aimé la façon dont l’auteur abordait le sujet du deuil. C’est un roman sombre et onirique, avec une pointe de fantastique. Je l’avais trouvé très beau et j’ai bien envie de le relire ! J’aime beaucoup la plume de Mathias Malzieu et je vous recommande ses romans.

 

  • La vague de Todd Strass

« Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1970. Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action. » En l’espace de quelques jours, l’atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage. Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ? »

Le seul roman où j’ai autant aimé le livre que l’adaptation cinématographique ! C’est une histoire vraiment forte qui montre très bien qu’il est simple de créer une idéologie et un parti politique extrémiste. C’est un roman puissant, violent parfois qui m’avait beaucoup plu ! C’est sans conteste l’un de mes livres préférés !

 

  • Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

« Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence. »

J’aime énormément cette auteure, c’est l’une de mes préférées. Celui-ci m’avait beaucoup plu et m’avez donné envie de découvrir le reste de la bibliographie de Delphine de Vigan. C’est un roman en partie autobiographique. Il n’est pas toujours facile à lire, il est parfois assez dur et violent. Mais je l’ai surtout trouvé très beau. De cette auteure je vous conseille aussi les très bons No et moi et D’après une histoire vraie (que je ne possède pas dans ma bibliothèque mais que j’aurai choisi si ça avait été le cas).

 

  • La mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé

« Dans une Antiquité imaginaire, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d’un empire immense, s’apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c’est Troie assiégée, c’est Thèbes livrée à la haine. Le monarque s’éteint ; son plus jeune fils s’en va parcourir le continent pour édifier sept tombeaux à l’image de ce que fut le vénéré – et aussi le haïssable – roi Tsongor. »

Un de mes romans favoris ! Et pourtant, ma première tentative avait été un échec total. Je l’avais mis de côté puis je l’avais recommencé et là, grande surprise ! J’aime énormément ce livre que ce soit pour l’histoire ou pour l’écriture qui m’avait bien plue 🙂 J’aurai du mal à vous en dire plus, ça arrive souvent quand j’ai beaucoup aimé un livre, mais je ne peux que vous recommander cette épopée !

 

  • Une putain d’histoire de Bernard Minier

« Au commencement était la peur… Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit… Le début d’une « putain d’histoire ». Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on. Quand la peur gagne, la vérité s’y perd… »

J’ai choisi ce roman surtout parce qu’il est écrit par Bernard Minier et que c’est un auteur que j’aime beaucoup. Parmi les romans de cet auteur c’est celui que j’ai préféré jusqu’ici. Je ne me souviens, une fois de plus, plus trop de l’histoire mais je l’avais beaucoup aimé. On va de surprise en surprise et j’étais tombée des nues à la fin, lors de la révélation. J’aime être surprise et ce roman avait très bien rempli son job ! Si j’ai un roman de cet auteur à vous conseiller, c’est bien celui-là 🙂

 

  • Le voleur d’ombres de Marc Levy

« Enfant, il vole les ombres des gens qu’il croise… et chacune de ces ombres lui confie un secret. Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de ceux qu’il aime. Que faire de cet étrange pouvoir ? Quelques années plus tard, le « voleur d’ombres » est devenu étudiant en médecine. Est-il encore capable de deviner ce qui pourrait rendre heureux ses proches, comme Sophie avec laquelle il étudie la médecine, ou Luc, son meilleur ami, qui voudrait changer de vie ? Et lui, sait-il où le bonheur l’attend ? »

J’ai eu ma période Marc Levy et j’ai lu pas mal de ses romans. On peut lui reprocher de prendre souvent les mêmes thèmes ou genre de personnage et c’est vrai. Mais s’il y a un roman que je vous recommanderai de lui, c’est celui-là. Pour vous dire, c’est le seul (avec le premier tome de La Passe-Miroir) que j’ai relu tant je l’ai aimé ! Je garde encore pas mal de souvenirs de cette histoire que j’ai trouvé très belle.

 

LA PIÈCE DE THÉÂTRE

  • Le Cid de Corneille

« Rodrigue et Chimène sont sur le point de se marier mais une grave querelle oppose leurs pères : à la suite d’une rivalité, le Comte, père de Chimène, gifle don Diègue, père de Rodrigue. L’affront ne peut être réparé que par la mort du Comte, mais don Diègue, trop vieux, remet son épée à Rodrigue pour venger son honneur. Rodrigue doit alors faire face à un douloureux dilemme : perdre Chimène ou son honneur. Que fera Rodrigue ? »

Et on termine avec l’ovni de cette sélection. Je n’aime pas le théâtre mais je garderai ce livre-là. C’est un des rares livres lus pour les cours que j’ai aimé. Ma lecture avait été laborieuse au début puis finalement j’ai été charmé par le texte, j’aime quand les vers riment. C’est une pièce un peu à part puisque c’est un tragi-comédie et c’est sûrement pour ça que je l’avais appréciée !

 

DITES-MOI, AVEZ-VOUS CERTAINS DE CES LIVRES DANS VOTRE BIBLIOTHÈQUE ? SI OUI, FONT-ILS PARTIE DE VOS PRÉFÉRÉS ?

 

Solange ♡

10 commentaires Ajoutez les votres
  1. Tous nos jours parfaits, Eleanor & Park, Nos étoiles contraires… Que de livres qui ont été pour moi de vrais coups de cœur 🙂 Sans publier les bandes dessinées de Pénélope Bagieu, qu’il faut vraiment que je lise 🙂 Très bonne idée d’article, je trouve cela très sympa comme concept 😉

  2. Hello,
    Quel joli article ! J’avais également découvert l’article d’Audrey et j’ai prévu de mon côté de publier l’article d’ici quelques semaines mais je suis ravie de lire le tien. Surtout que parmi ta sélection, je retrouve de véritables pépites comme Eleanor & Park, Pax et le petit soldat ou encore Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi (♡♡).
    Je te remercie pour ce moment de lecture. À bientôt.

    1. Merci beaucoup, je suis contente qu’il t’ait plu 🙂 J’irai lire ton article avec plaisir, surtout qu’on a quelques favoris en commun !

      Merci à toi d’avoir pris le temps de commenter, à bientôt !

  3. 1984 , rien ne s’oppose à la nuit et le cid dans ma bibliothèque oui, 1984 classé en incontournable, je ne m’en débarrasserai pas. Comme pièce de théâtre pour ma part, je classe en numéro 1 Le misanthrope 🙂

  4. C’est une Bonne idée de tag ça ! 🙂 je n’ai pas encore lu Charlotte, mais j’ai adoré La Délicatesse et En cas de bonheur de David Foenkinos (personnages attachants et écriture originale), je te les conseille ! Tu me donnes envie de lire le Passe-miroir, sinon je n’en ai lu aucun de la liste, à part Le Cid ahah.

    1. Oui, c’était très sympa à faire ! J’ai lu La délicatesse mais j’ai moins aimé. Par contre, je ne connais pas l’autre, je vais aller me renseigner 🙂

      Ça pourrait être l’occasion de faire de jolies découvertes 😉

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *