Mes dernières lectures / Janvier 2019

Salut tout le monde ! Qui dit début du mois, dit bilan lecture du mois précédent ! Si vous lisiez mon blog avant 2019, vous avez l’habitude de ce genre d’articles. Je vais tout simplement vous parler des différentes lectures que j’ai faite en janvier. Et il y en a pas mal ! L’année commence fort avec 14 livres dont 7 romans, 4 BD, 1 manga, 1 album et 1 livre de non fiction 🙂 Cette année, concernant les BD et mangas, j’ai décidé de donner mon avis final seulement sur des one-shots et des séries terminées. Mais en fin d’article, je vous dirai quand même quelques mots sur les séries que je viens de commencer et celles en cours.

Avant d’entrer dans les détails, je voulais faire un récapitulatif sur ma façon de noter les livres. Je classe mes lectures dans différentes catégories : Les coups de cœur, Les très bons, Les chouettes lectures, Les passes temps. Je pense que c’est assez explicite mais ça signifie tout simplement que je les classe selon mon ressenti (j’ai adoré, c’était très bien, j’ai passé un bon moment, sympa mais sans plus). Pour cette nouvelle année j’ai décidé de rajouter la catégorie Les pertes de temps – et je pense qu’encore une fois c’est assez explicite 🙂 C’est parti !

 

LA PETITE SORCIÈRE DE BENJAMIN LACOMBE ET SÉBASTIEN PEREZ

GENRE(S) : Album, Fantastique, Jeunesse – ÉDITION : Éditions du Seuil – PARUTION : 2008 – PAGES : 30 – CATÉGORIE : Les passes temps

RÉSUMÉ : Cette année encore, Lisbeth va passer les vacances de Noël chez sa grand-mère Olga. Lisbeth se réjouit de la retrouver car c’est la seule personne à ne pas être exaspérée par sa manie de terminer les phrases des autres… avant qu’ils ne les aient prononcées. Elle pense même que c’est un don…

MON AVIS : Depuis que je l’ai découvert avec Le carnet rouge, j’aime énormément le travail de Benjamin Lacombe. Malheureusement, cet album n’a pas su autant me plaire que les autres. Le dessin m’a moins plu. C’est sympa mais je préfère ce qu’il réalise aujourd’hui, c’est beaucoup plus abouti ! Je n’ai pas non plus été particulièrement touchée par l’histoire de Lisbeth, je trouve qu’on reste trop en surface. Vous me direz, c’est un livre à destination des touts petits, c’est normal. Mais on trouve aussi des albums vraiment complets, avec un message fort. C’était donc une lecture (plus visuelle qu’autre chose) agréable et ça ne m’empêchera pas de continuer à découvrir le travail de Benjamin Lacombe !

 

SILO DE HUGH HOWEY

TRADUCTEURS : Yoann Gentric et Laure Manceau  GENRE(S) : Science fiction post-apocalypse – ÉDITION : Le livre de poche – PARUTION : 2016 – PAGES : 740 – CATÉGORIE : Les très bons

RÉSUMÉ : Dans un monde post-apocalyptique, quelques milliers de survivants vivent dans un silo souterrain de 144 étages. Presque tout y est interdit ou contrôlé, y compris les naissances. Ceux qui enfreignent la loi sont expulsés en dehors du silo, où l’air est toxique. Avant de mourir, ils doivent nettoyer les capteurs qui retransmettent des images brouillées du monde extérieur sur un écran géant. Mais certains commencent à douter de ce qui se passe réellement dehors.

MON AVIS : J’avais hâte de me plonger dans ce roman de SF post-apocalyptique et je n’ai pas été déçue. Ce livre a même frôlé le coup de cœur, c’est vous dire ! C’est un livre assez gros, qui fait plus de 700 pages. Mais je ne me suis pas ennuyée un seul instant ! On alterne des passages où l’histoire avance lentement, où on en apprend plus sur la vie dans le silo, sur les personnages et des rebondissements toujours bien placés. J’ai été pas mal surprise, l’auteur a vraiment su distiller les indices à ses personnages (et à nous évidemment) au bon moment. Certaines révélations étaient vraiment puissantes ! J’ai également apprécié le fait de suivre plusieurs personnages sans jamais me perdre. J’ai trouvé qu’ils étaient tous intéressants et apportaient tous quelque chose à l’histoire. Le monde dans lequel ils vivent est très mystérieux et on en apprend un peu mais je pense que j’en saurai plus en lisant les deux autres tomes (Silo : Origines et Silo : Générations). J’ai vraiment hâte de les lire, je n’en ai entendu que du bien ! En attendant, je vous recommande vivement ce premier volet !

CITATION : « Résignée à mourir la veille, elle craignait désormais de perdre la tête. C’était un progrès. »

 

SEE YOU IN THE COSMOS DE JACK CHENG

TRADUCTRICE : Dominique Kugler  GENRE(S) : Jeunesse, Contemporain – ÉDITION : Bayard – PARUTION : 2017 – PAGES : 293 – CATÉGORIE : Les chouettes lectures

RÉSUMÉ : Alex Petroski, 11 ans, est passionné de sciences. Son héros, c’est Carl Sagan ; il l’admire tellement qu’il a donné son nom au chiot abandonné que sa maman l’a laissé adopter. D’ailleurs, sa maman n’est pas contrariante : tant qu’Alex lui fait la cuisine et ne l’embête pas pendant les journées qu’elle passe au lit, elle est plutôt permissive. Elle n’émet donc pas d’objections lorsque son fils lui annonce qu’il part seul à un congrès de fans d’aérospatiale.

MON AVIS : C’est un roman que j’ai beaucoup aimé ! Déjà j’ai apprécié la façon dont il est construit. Alex raconte son quotidien et enregistre ses conversations sur son Ipod qu’il compte ensuite envoyer dans l’espace à destination d’êtres intelligents. Il leur parle et c’est comme s’il nous parlait. J’ai vraiment eu l’impression « d’entendre » un garçon de 11 ans me parler ! J’ai d’ailleurs beaucoup aimé Alex, qui est un personnage hyper attachant. Il a l’innocence et la naïveté de son âge mais il a aussi une incroyable intelligence de cœur. J’ai apprécié tous les personnages sauf peut-être le frère d’Alex. On comprend dès le début que la situation familiale d’Alex est particulière. Son père est mort quand il était bébé, il ne sait presque rien de lui, sa mère le laisse faire ce qu’il veut – et n’émet pas d’objection lorsque Alex décide d’aller seul à son congrès – et son frère vit dans un autre Etat. L’histoire en elle-même m’a plu, j’ai aimé suivre le voyage d’Alex. Il y a quelques événements intéressants qui permettent de faire avancer cette jolie histoire ! Et gros point positif : j’ai eu un fou rire pendant ma lecture et c’est tellement rare que je tenais à le souligner !

CITATION : « Il y a des fois où les nuages que j’ai dans la tête grossissent, noircissent et se mettent à tourbillonner, et là je pars en ouragan. Façon de parler : je n’ai pas vraiment une dépression atmosphérique dans le crâne. Je veux dire que des trombes d’eau jaillissent de mes yeux. »

 

TOXIQUE DE FRANÇOISE SAGAN

GENRE(S) : Journal, Témoignage – ÉDITION : Stock – PARUTION : 2009 – PAGES : 80 – CATÉGORIE : Les chouettes lectures

RÉSUMÉ : A 22 ans, Françoise Sagan a un accident de voiture. Elle a de terribles douleurs qu’on soulage en lui donnant notamment de la morphine. Dans ce court texte, elle raconte sa désintoxication. Ce texte est illustré par des dessins de Bernard Buffet.

MON AVIS : Première lecture du Reading Classics Challenge ! Dans l’ensemble, je l’ai bien aimé. L’écriture de l’auteure est poétique et m’a bien plu. C’est d’ailleurs ce que j’ai préféré dans ce livre. Sa plume est agréable et me donne envie de découvrir ses autres ouvrages. Le format m’a également plu puisque c’est un journal intime. Ça change de ce que j’ai l’habitude de lire. Le style des dessins ne me plaît pas particulièrement mais je trouve qu’il colle bien avec le texte. J’ai eu quelques fois un peu de mal avec certains passages étant donné qu’on est dans un journal – donc un texte personnel – et parfois je n’ai pas tout compris puisque je ne possède pas toutes les clés de compréhension ! Au final, je suis contente de ma lecture qui m’a donné envie de continuer à découvrir Françoise Sagan. Premier classique lu et apprécié : le challenge commence plutôt bien !

CITATION : « Mon passe-temps favori, c’est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre du temps, perdre son temps, vivre à contre-temps. »

 

JE SUIS TON SOLEIL DE MARIE PAVLENKO

GENRE(S) : Jeunesse, Adolescence; Amour, Amitié, Famille – ÉDITION : Flammarion – PARUTION : 2017 – PAGES : 467 – CATÉGORIE : Les très bons

RÉSUMÉ : Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non. Le pire, est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père qui est devenu un parfait étranger ? Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

MON AVIS : Ce n’est jamais évident de commencer un roman que tout le monde (ou presque) a lu et aimé. Mais je ne me suis pas mise la pression et je suis partie dans ma lecture sans bien savoir de quoi le livre allait parler. Et ça a été une super belle découverte ! J’ai énormément aimé cette histoire, elle m’a beaucoup touché. J’ai passé plus de la moitié du roman avec la gorge serrée. On y suit Déborah, jeune fille de 17 ans qui rentre en terminal. J’ai beaucoup aimé ce personnage. Elle est attachante et sa situation m’a touché. Ses nouveaux amis m’ont aussi bien plu, que ce soit Victor qui reste assez mystérieux ou Jamal que j’adorerais avoir comme ami. C’est le genre de personne à mettre l’ambiance mais surtout à être toujours là dans les mauvais moments : un vrai ami ! Concernant l’histoire en elle-même, le fait de ne pas trop en savoir m’a permis de la découvrir entièrement et de ne pas m’attendre aux différents événements dont il est question. J’ai trouvé que l’auteure arrive vraiment bien à retranscrire la réalité de certaines situations. C’est une histoire triste et joyeuse à la fois, qui aborde les sujets de la famille, de l’amour, du fait de grandir. Je vous conseille vivement ce roman !

CITATION : « Je pose l’enveloppe sur mon lit. Je n’ose plus la toucher, encore moins l’ouvrir. Pour l’instant, à l’intérieur, il y a l’infini : l’abandon, la solitude, le chagrin, la tristesse, le ridicule, des torrents de larmes, l’espoir, l’avenir, des guirlandes de fous rires, les petits oiseaux qui chantent, la vie en beau. »

 

3e DROITE DE FRANÇOIS DESCRAQUES

GENRE(S) : Suspens – ÉDITION : Flammarion – PARUTION : 2018 – PAGES : 250 – CATÉGORIE : Les passes temps

RÉSUMÉ :  Un jeune homme quitte le cocon familial pour s’installer dans un appartement que Mr K., propriétaire louche et peu causant, lui loue. Dans ce nouveau lieu, des événements étranges et inquiétants vont rapidement se multiplier, et les voisins vont peu à peu révéler leurs vrais visages… 3e droite est un roman d’un genre nouveau construit comme une série télé, en 18 chapitres concis et truffés de rebondissements.

MON AVIS : Ce n’est pas du tout le genre de livres que je lis mais mon frère l’a lu pour un exposé en français et j’étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner. Mon avis sera assez bref. Si vous avez suivi l’histoire en temps réel sur Twitter, ça ne vaut pas le coût/coup d’acheter le livre. Je suis même persuadée que c’était beaucoup plus sympa à suivre « en vrai ». C’est un très court texte, qui se lit rapidement et qui dans l’ensemble m’a plu. Ce n’est pas l’histoire du siècle, mais j’ai quand même passé un bon moment. Mais si on ne l’avait pas acheté à mon frère, je ne l’aurai pas acheter de moi-même. Bien que je sache d’avance que c’était de la fiction, j’ai quand même ressentie une certaine tension, un certain stress tout au long de ma lecture. On se prend quand même au jeu ! J’ai aussi parfois ri tant certaines situations sont ridicules. C’était donc sympa pour passer le temps mais je sais déjà que d’ici quelques temps je ne m’en souviendrai plus.

CITATION : « J’habite au 3e étage à droite. Si je meurs, c’est probablement mon proprio qui m’a tué. »

 

CHARLOTTE ET MOI T2 ET T3 D’OLIVIER CLERT

GENRE(S) : Jeunesse, Bande dessinée, Famille – ÉDITION : Makaka – PARUTION : 2018 – PAGES : 192 – CATÉGORIE : Les chouettes lectures

RÉSUMÉ : Voici le récit, pudique et sensible, de gens qui se croisent sans vraiment se voir, qui se côtoient sans tisser de liens, figés dans leur solitude et leurs préjugés. Mais une succession de hasards et d’incidents va remuer cette petite communauté, faisant naître une complicité improbable entre Charlotte, une jeune femme introvertie, et Gus, un garçonnet aventureux. En effet, tous deux ont choisi de croire en leurs rêves.

MON AVIS : J’ai lu le premier tome au mois de décembre et j’en avais d’ailleurs parler avant mon changement de ligne éditoriale. Je vais donc pouvoir vous parler de cette trilogie aujourd’hui. Je dirai que tous les tomes se valent. J’ai plutôt bien aimé les illustrations, c’est coloré, enfantin et ça se comprend puisque c’est une BD jeunesse. L’histoire en elle-même est sympathique mais selon moi, on n’entre pas assez dans les détails, l’intrigue reste trop superficielle. Il y a quelques rebondissements et les personnages sont attachants mais je n’ai pas réussi à adhérer à 100% à cette histoire. Cependant, même si je ne m’étais pas du tout attendue à ça, la fin m’a plu. C’est donc une BD que je recommanderai aux plus jeunes et pas forcément à des adultes qui pourraient la trouver trop simpliste.

 

DEMAIN N’EST PAS UN AUTRE JOUR DE ROBYN SCHNEIDER

TRADUCTRICE : Nathalie Peronny  GENRE(S) :  Jeunesse, Maladie, Adolescence – ÉDITION : Gallimard Jeunesse – PARUTION : 2017 – PAGES : 283 – CATÉGORIE : Les très bons

RÉSUMÉ : Avant le diagnostic, la vie de Lane était plutôt banale. Au sanatorium pour ados, il rencontre l’irrésistible Sadie et sa bande de copains. Rebelles, excentriques et résolument vivants, dans le monde rigide de l’établissement, ces adolescents ne suivent que leurs propres règles. À leurs côtés, Lane réalise que la maladie n’est pas nécessairement une fin : quand l’amour et l’amitié viennent tout bousculer, elle pourrait même constituer un nouveau départ.

MON AVIS : Ce livre était dans ma wishlist depuis des mois et des mois et je l’ai enfin acheté ! Sur la quatrième de couverture, le roman est comparé à Nos étoiles contraires de John Green puisque il est question d’adolescents malades mais la comparaison s’arrête là. C’est un livre assez court qui m’a vraiment plu ! J’ai aimé les deux personnages principaux et le fait d’avoir un roman à deux voix. Lane est attachant et vraiment adorable ! J’ai apprécié son évolution à propos de sa maladie, de ses études et de son plan de vie. Il a des réflexions très intelligentes. Sadie, elle, sait que si elle sort un jour, elle ne pourra plus être celle qu’elle est dans ce sanatorium, que les gens ne verront en elle qu’une personne malade. Alors que c’est une fille drôle, sarcastique, combative à laquelle je me suis également attachée. Les autres personnages restent assez secondaires. L’histoire d’amour entre les deux héros est vraiment touchante sans être trop rapide ou cliché. C’était vraiment un beau roman, qui m’a beaucoup ému ! Je m’y suis beaucoup retrouvée puisque je suis moi-même malade. Bien que dans une moindre mesure, j’ai vécu des choses similaires et je pense que c’est pour ça que j’ai autant aimé cette histoire. Je me suis identifiée à la situation de Lane et de Sadie. Ce roman ne vous plaira dont peut-être pas autant qu’à moi mais je vous le recommande !

CITATION : « – Je vais te confier un secret. Il y a une différence entre mourir et être mort. On est tous en train de mourir. Certains d’entre nous meurent pendant quatre-vingt-dix ans, d’autres pendant dix-neuf ans. Mais tous les matins, chaque individus sur cette planète se réveille en se rapprochant un peu plus de sa propre mort. Chacun de nous. Si bien que vivre et mourir sont en réalité deux mots différents pour désigner la même chose, quand on y pense. »

 

AUTOMNE DE JAN HENRIK NIELSEN

TRADUCTRICE : Aude Pasquier  GENRE(S) Jeunesse, Post-apocalypse – ÉDITION : Albin Michel – PARUTION : 2014 – PAGES : 330 – CATÉGORIE : Les chouettes lectures

RÉSUMÉ : Cette île pourrait être n’importe quelle île. Ces deux sœurs pourraient être n’importe quelles sœurs. L’eau est devenue rare, le soleil brûle la peau, la végétation se meurt. Terrées dans un bunker depuis six ans, Nanna et sa petite sœur Fride observent le monde à travers un périscope, à la fois fascinées et inquiètes. Forcées de sortir au-dehors, elles découvrent qu’au cœur de ce paysage désolé, les gens sont prêts à les aider. Alors Fride et Nanna avancent au sein de l’automne, blotties dans une joie surprenante, découvrant un monde qu’elles croyaient hostile à jamais…

MON AVIS : J’ai emprunté ce livre un peu par hasard et je suis contente de l’avoir découvert puisque c’est le premier roman écrit par un norvégien que je lis ! Ça rentre complètement dans mon objectif de diversifier les nationalités des auteur(e)s que je lis et ça, c’est cool. Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment de lecture. L’histoire prend son temps, j’ai donc avancé doucement dans ma lecture. J’avais un peu peur que ça ne sonne pas très juste puisqu’on suit deux enfants (enfin surtout concernant Fride qui n’a que 5 ans). Finalement, j’ai bien eu l’impression « d’entendre » une petite fille. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé son personnage. Elle est mignonne, attachante, curieuse et courageuse. J’ai aussi aimé Nanna car malgré l’incertitude de l’avenir, elle continue à avancer, elle continue à protéger sa petite sœur. Pendant ma lecture, j’ai été assez stressée, ne sachant pas trop ce qu’il allait advenir de ces sœurs. L’histoire a pris une tournure qui m’a bien plu et j’ai aimé la fin. C’est une lecture assez jeunesse que je suis contente d’avoir fait !

CITATION : « D’un coup, elle a l’impression de tout voir depuis les airs. De planer très haut au-dessus des arbres. Elle voit le vélo et sa remorque qui progressent lentement vers la ville. Il n’y a personne d’autre sur terre. Quant à ceux qui restent, ils vont mourir eux aussi. Le monde sera vide. Vidé. Muet. »

 

DELIRIUM T1 DE LAUREN OLIVER

TRADUCTRICE : Alice Delarbre  GENRE(S) :  Jeunesse, Dystopie – ÉDITION : Hachette – PARUTION : 2012 – PAGES : 452 – CATÉGORIE : Les chouettes lectures

RÉSUMÉ : Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. À dix-huit ans, tous les jeunes sont soumis au « Protocole » et subissent une opération du cerveau : aussi, aucun risque qu’ils tombent amoureux, ne se laissent guider par les sentiments. À quelques mois de ses dix-huit ans, Lena se sent prête. Sans imaginer qu’une rencontre va tout faire basculer.

MON AVIS : Je ne pensais pas qu’on pouvait encore innover en dystopie jeunesse – surtout concernant un livre publié il y a 7 ans – mais si ! Ce qui innove dans ce premier tome selon moi, c’est la prise de conscience de Lena, le personnage principal, à propos de la société dans laquelle elle vit. Certains pourraient trouver que les choses mettent du temps à se mettre en place. Et c’est vrai que l’histoire ne décolle vraiment qu’à environ la moitié du roman. Mais le fait que Lena mette autant de temps à voir les choses sous un nouvel angle donne un réalisme et une vraisemblance que j’ai rarement (si ce n’est jamais) vu. Et c’est une des raisons pour lesquelles ce roman m’a plu ! J’ai aussi apprécié les personnages. J’ai aimé l’évolution de Lena, c’est un personnage attachant. Concernant le personnage masculin, Alex, je l’ai beaucoup aimé ! La relation qui se met en place m’a bien plu, c’est tout en douceur. La première partie du roman est plus « descriptive ». On découvre Lena, sa famille, son histoire, la société dans laquelle elle vit. Il y a plus d’action dans la seconde partie du roman, l’histoire avance plus. Je lirai la suite avec plaisir !

CITATION : « Je t’aime. Souviens-toi. Ils ne peuvent pas nous enlever ça. »

 

Pour finir avec cet article déjà très long, je voulais rapidement revenir sur les huitièmes tomes des Nombrils de Delaf et Dubuc et Lou de Julien Neel ainsi que sur le premier tome du manga Père et fils de Mi Tagawa. Concernant le dernier tome des Nombrils, je suis un peu déçue. J’ai passé un bon moment et c’est toujours un plaisir de retrouver les personnages mais j’ai trouvé ce tome moins bien que le précédent ! J’espère que les choses vont avancer dans la suite, j’ai hâte de voir une vraie évolution dans le personnage de Vicky. Mais je suis quand même contente de voir que Jenny, elle, évolue. Concernant Lou, j’aime retrouver les illustrations de Julien Neel mais depuis l’apparition des cristaux, l’histoire a pris une tournure qui ne me plaît pas. Je comprends que tout cela est une métaphore sur le fait de grandir. Mais quand même, le côté rationnel et réaliste qui me plaisait tant a disparu et j’ai de plus en plus de mal avec cette BD que j’adorais… Sinon, j’ai enfin réussi à lire le premier tome de Père et fils. Et je suis fan des illustrations, elles me plaisent énormément. L’histoire est mignonne, j’ai hâte de lire la suite ! Je trouve ça sympa de suivre l’histoire d’un père herboriste itinérant et son fils.

 

ET VOUS, QUELLES SONT VOS LECTURES DE JANVIER ? QUELLE EST CELLE QUE VOUS AVEZ PRÉFÉRÉ ?

 

Solange ♡

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. J’aime beaucoup ton blog. Un plaisir de venir flâner sur tes pages. Une belle découverte et un enchantement. Très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésite pas à visiter mon univers. A bientôt.

Répondre à solange Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *