Une page se tourne

 

Hello tout le monde !

J’espère que vous allez bien ♡ Aujourd’hui, j’avais envie de faire un petit bilan de cette année scolaire qui vient de s’écouler.

Voilà, le lycée est fini. Pour de bon, pour toujours. Je me rappelle qu’en début d’année je n’avais qu’une envie, c’était de passer le bac et d’en finir pour passer à autre chose. Et cette envie m’a suivie toute l’année. Aujourd’hui, je peux enfin le dire : c’est terminé ! Une page se tourne. Cette année de terminale a été un vrai challenge. Je pense que c’est déjà compliqué quand on est en pleine santé entre le travail à fournir et le stress du bac et de l’orientation. Ça a été d’autant plus difficile pour moi car retourner au lycée était un vrai défi. Passer mon bac en n’ayant pas suivie tous les cours l’était également. Ça a été dur et j’ai beaucoup douté. J’ai fait tant d’efforts et j’avais l’impression que je n’y arriverai pas. Mais j’ai réussi, je l’ai fait : j’ai passé mon bac, je l’ai eu et j’ai même une mention ! C’est une grosse victoire ! Qui aurait cru que j’arriverai jusque là ? Je savais que j’en étais capable et j’ai même dit à mes parents que j’aurai mon bac mais ce n’est pas facile de toujours garder espoir quand on traverse des choses difficiles. Mais mes efforts et mes investissements ont été récompensé, vous n’imaginez pas à quel point ça me rend heureuse !

Ça a été compliqué d’y arriver parce que depuis mi-décembre je suis dans un creux, même si ça va un peu mieux. Ma douleur est toujours aussi présente, elle ne s’absente jamais. Je sais gérer ma douleur de fond, mais le plus difficile ce sont les crises qui surviennent sans aucune raison. De plus j’étais pas mal déprimée – je crois que j’aurai toujours une tendance plus forte à la déprime depuis ma dépression – et j’étais très fatiguée (c’est d’ailleurs toujours le cas). En vérité, je ne sais pas comment j’ai tenu jusqu’au bout. Il faut croire que je suis encore pleine de ressources. S’il y a bien une leçon que j’ai apprise c’est qu’on a toujours des ressources. Quand on veut quelque chose et qu’on s’en donne les moyens – même si le chemin est long et douloureux – on peut y arriver. Je suis fière de moi. Fière d’avoir réussi et de pouvoir enfin tourner la page.

Source : Pinterest

Source : Pinterest

C’est moi qui ait fait tous les efforts mais je ne peux qu’être reconnaissante car mes parents ont été là pour me soutenir jusqu’au bout et j’ai eu la chance de tomber sur des professeurs et une CPE vraiment humains, bienveillants, empathiques et qui ont cru en ma réussite. Je n’oublierai jamais ce que ma prof d’espagnol m’a dit : qu’elle est admirative, que je suis forte et que je réussirai dans la vie. De même, ma prof principale m’a dit qu’au début elle ne pensait pas que c’était possible d’y arriver en n’allant qu’à la moitié des cours mais qu’aujourd’hui elle y croit. Ça m’a remotivé pour le bac et je suis fière de montrer l’exemple et de prouver aussi et surtout à moi-même que je suis capable d’y arriver. Et oui, je suis persuadée que je ferai de grandes choses bien que le chemin sera long.

Ce qui me permet de vous parler de ce que je vais faire à la rentrée. Je n’avais pas envie de vous en parler avant, tant que je n’avais pas ma réponse à mon vœu Parcoursup et tant que le bac n’était pas passé. Aujourd’hui j’ai envie de devenir professeure des écoles. Ça va peut-être vous surprendre, vous allez vous dire “Avec tes céphalées, tu crois que c’est possible ?”. Oui, j’ai envie d’apprendre des choses à des enfants – qui peuvent être très bruyants. J’ai envie d’être utile, de transmettre quelque chose, d’apporter quelque chose aux autres. Il y a plusieurs autres raisons qui ont fait que j’ai cette envie là. Ça peut paraître surprenant mais je n’ai pas envie que mes maux dirigent encore plus ma vie. Je me dit que d’ici la fin de mes études, j’ai le temps d’aller bien mieux, d’apprendre encore plus à gérer ma maladie. Même mes parents ont été surpris, surtout ma mère. Mais elle m’a finalement dit que ça avait du sens. Alors oui, j’aurai encore le temps de changer d’avis, de me tromper. Aujourd’hui c’est ce que je veux faire, ça va me demander du courage. Enseigner n’a rien de facile mais c’est un challenge que je veux relever. Pour ça, j’ai décidé de faire une licence d’histoire à la rentrée. J’ai toujours aimé l’histoire et c’est une licence qui permet de se diriger vers l’enseignement. L’université, ça va être complètement différent mais j’ai hâte de me lancer dans cette nouvelle aventure !

Source : Pinterest

Source : Pinterest

Finalement, cette année scolaire a été dure, c’est un vrai challenge que j’ai relevé. J’en suis ressortie grandie et j’ai tiré plusieurs leçons : quand on se donne les moyens pour réussir on y arrive, dans toutes choses il y a du positif à tirer, je suis capable de grande chose, j’ai beaucoup de volonté, je sais travailler en autonomie. Mais il faut encore que j’apprenne à gérer ma frustration quand je ne peux pas faire comme tout le monde et notamment travailler. A l’avenir, j’espère arriver à être plus sûre de moi, à être moi en toutes circonstances, à lâcher prise. Ça risque d’être difficile parce que je ne peux pas aller à l’encontre de ma personnalité. Oui, je suis dans le contrôle de ma propre personne et même si je ne peux pas aller contre moi-même, je vais devoir apprendre à lâcher prise parfois. Je sais que je suis la clef pour m’en sortir, que je suis autant ma pire ennemie que ma meilleure amie. Le chemin risque d’être encore long mais je vais m’en sortir : il ne faut jamais perdre espoir. Aujourd’hui j’arrive 90% du temps à gérer mes maux et à vivre avec cette douleur permanente. Si je ne lâche pas, je finirai par triompher et j’en ressortirai grandie !

Je vais m’arrêter là. Merci d’avoir pris le temps de lire ce roman 🙂 Je suis curieuse de savoir ce que vous allez faire à la rentrée prochaine, dites-moi tout !

Je vous embrasse ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *